Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !


Bilan de la nuit de la chauve-souris

 

du 26 aout 2017 à LANGEAC AVEC PANPA HAUT ALLIER

 

 

Samedi 26 aout a eu lieu la « Nuit de la Chauve-souris » à l’île d’Amour à Langeac, proposée par PANPA HAUT ALLIER en partenariat avec la municipalité de Langeac et de la SFEPM (société Française d’Etude et de Protection des Mammifères). Cette manifestation organisée dans le cadre des « Goûters-Découvertes » autour d’un diaporama, d’une courte balade nocturne et d’une collation, a réuni une cinquantaine de personnes dont de nombreux enfants qui ont pu profiter de jeux, de coloriages et d’échantillons illustrant la biologie des chauves-souris.

 

Les chauves-souris ont depuis l’époque romaine été victime d’une très mauvaise réputation. Un mammifère ailé, vivant la nuit ne pouvait être que le fruit d’un acte diabolique. Mais dans la culture chinoise la chauve souris est signe de chance et elle est représente sur le blason de la cité de Valence.

 

Mal connues, on a longtemps cherché à comprendre leur biologie et notamment leur capacité à se déplacer dans le noir complet, faisant subir aux quelques chauves-souris captées pour des expériences, les pires mutilations. C’est après l’invention du RADAR dans les années 40, que les chercheurs ont compris qu’elles utilisaient le procédé de l’écholocation depuis la nuit des temps, à l’instar des cétacées. Leurs mains géantes transformées en ailes, leur a valu leur nom latin de « chiroptère ». Les phalanges souples portent une membrane de peau très fine et élastique qui se prolonge jusqu’aux pattes postérieures et à la queue. Les premiers fossiles de ce groupe de mammifères, qui compte aujourd'hui plus de 1000 espèces dans le monde, date d’avant la disparition des dinosaures, il y a plus 65 millions d’années. Les plus grosses sont pour la plupart frugivores ou nectarivores.

 

En Europe les chauves-souris sont de petites tailles, et insectivores. Ainsi elles remplacent la nuit les hirondelles. On compte une 42 d’espèces en Europe, 35 en France et 28 espèces en Auvergne : 3 espèces de Rhinolophe, dont la morphologie du nez muni d’un plateau nasal en « fer à cheval » est une évolue abouti de l’écholocation ; 24 espèces de Vespertilionidés dont les Oreillards, les Pipistrelles, les Murins, la Barbastelle (…) et une seule espèce représentante de son groupe, le Molosse de Cestonie, atteignant 45 cm d’envergure et occupant les fissures de falaises et de murs exposés au Sud, des régions méridionales. Sa présence augmente en Haute-Loire depuis une 20aine d’année.

 

A chaque saison les groupes de chauves-souris changent de gîte. En hiver, une cave, une mine, une fissure profonde leur permettra d’hiberner. La reproduction a lieu principalement de la fin de l’été à l’automne mais la fécondation n’aura lieu généralement qu’à la fin de l’hiver. Les femelles se rassemblent en nurserie durant les 4 mois de croissance de leur unique petit, jusqu’à l’émancipation, en août. . Celui-ci se nourrit du lait de sa mère, à laquelle il reste accroché durant toute sa croissance, même la nuit quand elle vole pour chasser. Une fois atteint la taille adulte, il restera au gite et se fera nourrir par les autres femelles, le temps que la mère chasse.

 

Les chauves -souris peuvent occuper toute sorte de gîte, dans les arbres ou dans les maisons et ont donc besoin de la protection des hommes pour vivre. Une cave ouverte pour qu’elle passe l’hiver en toute quiétude. Des combles pour élever les jeunes, des petites fissures, des volets immobiles ou encore des palissades de bois installées au mur de la maison pourront être autant de gîtes pour toutes sortes d'espèces.

 

Enfin rappelons que ces mammifères inoffensifs sont encore victimes d’accusations non justifiées : dans les greniers, les chauves-souris ne rongent pas les câbles électriques, ni les isolations ;  elles ne sont pas du tout prolifiques, c’est tout le contraire ; leur guano en Europe ne transmet aucune maladie ; elles ne s’accrochent pas dans les cheveux.