Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Les paysages du Haut-Allier

 

Une vallée au parcours varié

L’Allier prend sa source sur les flancs Nord du Moure de la Gardille, massif cévenol culminant à 1485 m d’altitude. L’Allier n’est alors qu’un petit torrent qui grossi à chaque ruisseau rencontré. Nombre de ces ruisseaux drainent les eaux pures des tourbières d’altitude, qui abrite une faune  et une flore d’une grande fragilité.

 

La rivière, encaissée dans une vallée forestière, s’ouvrir dès la Bastide Puylaurent, dans un paysage moins accidenté et plus humanisé. L’Allier, alors tout proche des rivières dévalant vers la Méditerranée, commence à s’orienter vers le nord pour ne plus jamais dévier de cette direction.

 

Langogne passé, notre cours d’eau  entre en Haute-Loire et très vite s’encaisse dans une gorge profonde et sauvage qui atteindra rapidement les 450 mètres de dénivelé. Ces gorges entaillent jusqu’en

 

aval de Monistrol d’Allier, les roches cristallines des hauts plateaux dont elles constituent les limites naturelles : le massif de la Margeride à l’Ouest et le plateau volcanique du Devès à l’Est. Les eaux y dévalent en un gros torrent formant une succession de radiers tumultueux, entre falaises et plages de galets.

 

Après Langeac, son cours défile dans une vallée plus évasée formant de larges méandres encaissés, jusqu’à la Limagne de Brioude. L'Allier traverse ici le territoire autrefois viticole de la "Ribeyre" qui bénéficie d’un climat plus chaud et de paysages agricoles.

 

Les gorges de l’Allier dont les paysages sont fortement emprunts de la dynamique naturelle, constituent un refuge biologique d’exception, par la diversité et la rareté de la faune qu’elles abritent.